Many pieces of me

Le 21 novembre dernier était journée de fête, ce fût le soulignement de mes deux ans de rémission suite à mes 17 traitements de chimiothérapie et mes trois chirurgies. Un procédé qui a duré au total environ huit mois. Lorsque j’ai mis les pieds à l’hôpital un soir d’avril 2014, je n’aurais jamais cru que tout ceci serait mon cheminement et de l’impact que ceci aurait sur le reste de ma vie.

Flashback 2014.

Le 4 juin 2014, la journée de la fête de ma mère, je me préparais pour le bistouri. Lors de cette dernière opération, ce fût le moment où mon corps physique s’est fait amputé intérieurement. Suite à une chirurgie ouverte d’environ six heures, j’ai dû me départir de plusieurs morceaux : système reproducteur complet (ovaires, utérus, trompes), vésicule biliaire, rate, appendice, deux pieds du colon, la couche péritoine, amincir les coupoles, brûler mon foie comme une pièce de steak bien cuit ainsi que plusieurs parties de mes intestins, sans oublier les 5L de sang que j’ai perdu. Je me suis réveillée complètement droguée et entubée de partout. J’avais sept drains, un tube dans l’estomac (le pire!) ainsi qu’une sonde et une gargantuesque cicatrice sur l’abdomen. Les premiers jours ont été très difficiles. Le lendemain de l’opération, mon épidural a arrêté de me fournir sa drogue qui m’était vitale. La douleur que j’ai ressentie était, encore aujourd’hui, indescriptible. Je n’ai jamais rien senti d’aussi douloureux. Ne plus avoir d’antidouleur, le lendemain d’une opération de cette envergure, était inhumain. Après deux rechutes, ils ont finalement réussi à me stabiliser. Sans compter qu’il était impossible de bouger aucune parti de mon corps, autres que mes bras. J’étais paralysée sur mon lit d’hôpital, à la merci d’étrangers. Je ne pouvais même pas lever ma tête. L’abandon à l’autre a été expérimenté dans sa totalité.

Autant que ce fût une expérience difficile, les vingtaines de jours qui ont suivi fût d’une richesse inestimable. Une parcelle de moi a su se mettre en lumière, en dégageant une force intérieure brute qui résidait discrètement en moi. Une guerrière marquée en est ressortie. Malgré les multiples instants où j’aurais pu me morfondre, j’ai préféré ne pas me laisser tourmenter par la victimisation de ma situation et ainsi d’essayer de voir le positif dans le négatif. Ce fût un cheminement intérieur d’une grandeur exemplaire. Il y a des journées  où les pleurs étaient ma source de réconfort, ce ne fût pas en me demandant pourquoi moi, mais en me questionnant sur mon avenir. Il n’y avait rien que je puisse faire, la maladie m’avait choisi et c’est ainsi. Par contre, le deuil de ne jamais enfanter a été le plus difficile et l’est toujours. La femme en moi fût détruite en mille morceaux. Je nageais dans la culpabilité de faire subir ce fardeau à mon conjoint de l’époque.  Je n’aurai jamais l’occasion de connaître ce lien particulier qui est bâti intérieurement pendant neuf mois entre la mère et l’enfant. C’est ma cicatrice intérieure. Ce sentiment de ne plus être une femme avec tout ce que ceci engendrait, la perte de ne pas pouvoir offrir un être et le sentiment que je serais toujours moindre dû à mon inhabilité d’enfanter. Ceux-ci m’ont hanté pendant longtemps et en toute franchise, parfois ils reviennent me visiter. Par contre aujourd’hui, j’ai accepté que ce soit ainsi et que ma vie soit différente de celles de mes paires.

Autant que cette cicatrice est maintenant guérie, elle a gentiment laissé ces traces. J’essaie de conserver cette sagesse et harmonie intérieure que je forge depuis plusieurs années. Faire le deuil d’une vie passée dans une même vie est un chemin prestigieusement déstabilisant. En toute sincérité et humilité, je suis heureuse du parcours qui m’a été destiné de suivre et de voir mon évolution au travers de ces étapes de vie.

Ce fût donc avec grand honneur que j’ai fêté mes deux ans de rémission et en guise de promotion mes suivis médicaux seront au six mois. Ce n’est pas très glamour, mais c’est tout de même une belle victoire personnelle !

Que cette vie soit longue, douce et harmonieuse.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s