Peur du soi

Créer de l’espace pour ainsi faire entrer quelque chose de nouveau. C’est une phrase qui est si belle en sagesse, mais qui est à la fois épeurante et satisfaisante.  Un sentiment qui est à la fois puissant, qui donne des ailes, mais qui te fait voyager dans l’inconnu. Inconnu de qui tu es, ces petites parties de toi qui n’ont pas été explorées depuis très longtemps.

Un traumatisme physique et mental qui fait en sorte que tu n’es plus toi-même. Des parties de toi qui ont été blessées, cassées par le passé. S’ouvrir sur le monde est de démontrer cette vulnérabilité qui est enfouie, où le mental a décidé que c’est là sa place et loin de la conscience. Réapprendre à se dévoiler est incroyablement difficile, ces couches de blessures antérieures, les insécurités qui refont surface.

Peur de se laisser aller, de se faire juger. Un jugement qui est très souvent fait par nous-même et non par les autres. Nous sommes si difficiles envers nous. Nous nous mettons des barrières engendrées par la peur, des sur-vêtements de protection contre l’extérieur, pour nous protéger contre les vilains. Pourtant, ce dont nous devrions davantage nous méfier est nous, notre mental. Il nous fait voyager dans nos insécurités et nos craintes afin de nous laisser dans cette peur constante dans le but de nous garder inconscient. Surtout de nous maintenir dans le passé et dans nos pensées pour nous nuire et nous empêcher d’avancer vers ce lâcher-prise.

Quand nous lâchons prise, il n’est plus en contrôle de notre univers intérieur. C’est à son tour d’avoir des craintes de diminuer dans son positionnement. Lui accorder moins d’importance nous permet de nous épanouir. De se laisser aller face à cet inconnu, qui devient beaucoup moins terrifiant. Redécouvrir l’intimité de soi, mais également du partage de qui tu es véritablement avec un autre être.

Ce dévoilement est terrifiant, mais cette vulnérabilité l’est encore plus. Par contre, c’est si beau. C’est tellement merveilleux d’en être conscient. Conscient de réaliser les difficultés qu’il faut parcourir et ainsi avancer sur notre chemin de vie graduellement afin de parsemer cette peur créer de toute pièce par le mental.

Dans la vie,  rien n’arrive pour rien. Tout est en action au parfait moment. Parfois, nous sommes trop pris dans notre vie, nos malheurs ou nos joies pour s’en rendre compte. Mais la vie prend toujours tout son sens au gens qui sont prêts à observer.

Patience, regarde, ne juge pas et observe.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s